Accueil > Devenir investisseur > Cession entreprise fiscalité

CESSION D’ENTREPRISE : COMMENT OPTIMISER MA FISCALITÉ ?

Les dirigeants de PME qui envisagent de céder leur société craignent souvent d’être fortement taxés. Afin d’optimiser son traitement fiscal dans un tel cas de figure, l’entrepreneur doit bien s’y préparer. Des dispositifs d’optimisation permettent d’alléger la note fiscale et le réinvestissement du produit de la cession peut même faire bénéficier d’une totale exonération.


Inscrivez-vous en 2 minutes et demandez à être prévenu par mail des prochaines opportunités d’investissement.

QUELLE FISCALITÉ EN CAS DE CESSION DE TITRES ?


Lors d’une cession d’entreprise, si le cédant veut récupérer le produit de la vente et disposer directement des liquidités à titre personnel, il devra supporter une taxation (sauf cas particuliers tels que certaines entreprises individuelles). Cette imposition n’est pas calculée sur la base du prix de vente mais c’est la plus-value réalisée qui constitue l’assiette du calcul de la taxe due. Pour rappel, la plus-value est la différence entre le prix de vente et le prix de revient de l’acquisition ou de la création de l’entreprise.


Les plus-values de cession d’entreprise sont soumises, au choix :

→ Soit à la flat tax de 30% (comprenant 12,8% d’IR et 17,2% de prélèvements sociaux) sans abattement fiscal

→ Soit au barème progressif de l’IR après application d’un abattement (les prélèvements sociaux de 17,2% restent néanmoins calculés sur la totalité de la plus-value).


 

LES ABATTEMENTS POSSIBLES

  • 50%

    pour une durée de détention des titres de deux à huit ans
     
  • 65%

    pour une durée de détention des titres supérieure à huit ans
     
  • <85%

    pour les dirigeants partant à la retraite en fonction de la durée de détention des titres
     
  • 500K€

    pour les dirigeants partant à la retraite (et entreprise détenue pendant minimum 5 ans)
     
 

SOLUTION 1 : PURGER L'IMPÔT SUR LE REVENU



La taxation sur les plus-values de cession est loin d’être négligeable, mais peut être considérablement adoucie par une démarche de réinvestissement dans une activité économique.


Sous certaines conditions (article 150-0 D bis du CGI), l’imposition est reportée si le dirigeant réinvestit, dans les 24 mois suivants la cession, au moins 50% du montant de la plus-value en souscrivant au capital d’une ou plusieurs sociétés françaises.


Pour transformer ce report d’impôt en exonération définitive, il suffit ensuite de conserver les titres reçus en contrepartie de l’apport pendant une période d'au moins 5 ans.


 

Plusieurs points de vigilance sont néanmoins à prendre en compte :


→ Seul l’IR est concerné, les prélèvements sociaux (17,2%) restent dus.

→ L’exonération définitive concerne uniquement la fraction de la plus-value réinvestie.

→ Plusieurs conditions sur les titres cédés et les sociétés en question sont à respecter.

→ Pour en bénéficier, il faut en faire la demande expresse auprès du centre des impôts.

 

SOLUTION 2 : PASSER PAR UNE SOCIÉTÉ HOLDING


Le niveau de taxation sur les plus-values est moins élevé lorsque qu’elles sont réalisées par une personne morale. Le dirigeant peut donc avoir intérêt à apporter ses titres, avant leur cession, à une société holding intercalaire qui cèdera ensuite les titres. En effet, la cession est ainsi maintenue dans le champ de la fiscalité professionnelle, plus avantageuse (les holdings ne sont par exemple pas assujettis aux prélèvements sociaux sur les plus-values de cession).


Surtout, il pourra être possible de bénéficier de l’aménagement du maintien du report d’imposition des plus-values d’apport-cession. Plus particulièrement, sous certaines conditions (article 150-0 B ter du CGI), un tel dispositif peut permettre une exonération fiscale totale de la plus-value de cession réalisée.

Deux cas de figure pour échapper à toute imposition :


 

→ Si moins de 3 ans se sont écoulés entre l’apport des titres à la holding et leur cession, la holding doit réinvestir, dans les 24 mois suivant la cession, au moins la moitié du produit de cession dans une société française respectant certaines conditions. Elle doit ensuite conserver ces titres durant une certaine période.


→ Si les actions apportées à la holding sont cédées après 3 ans suivant l’opération d’apport, alors il n’y a pas d’obligation de réinvestissement du produit de cession.


Ceci constitue une solution intéressante pour un dirigeant qui ne souhaite pas disposer personnellement des fonds issus de la cession. Aussi, étant donné que 3 années constituent un délai relativement long pour un entrepreneur qui souhaite passer la main, ce dispositif est particulièrement intéressant pour un dirigeant qui est dans une démarche de réinvestissement.

 

COMMENT RÉINVESTIR DANS UNE PME AVEC TUDIGO ?

1 | INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et en 2 minutes sur Tudigo pour accéder gratuitement à l'ensemble des opportunités d'investissement. Ne ratez aucune levées de fonds en vous inscrivant à la newsletter.

 

2 | DÉCOUVREZ LES OPPORTUNITÉS D'INVESTISSEMENT

Accédez aux offres d'investissement et retrouvez l'ensemble des informations des entreprises sur chaque page entreprise.

 

3 | DEVENEZ INVESTISSEUR

Investissez directement sur le site dès 100 €, en actions ou en obligations selon les offres. C'est simple, sécurisé et encadré par un contrat entre vous et l'entreprise.

 

4 | SUIVEZ ET PILOTEZ VOS INVESTISSEMENTS

Suivez vos investissements directement depuis votre interface personnelle et recevez régulièrement des informations sur l'avancée de l'entreprise et sur les bilans des assemblées générales.

 

5 | RECEVEZ

Selon la forme de souscription, vous pouvez recevoir des intérêts chaque année (obligations) ou vous pouvez revendre en fin de contrat vos actions au dirigeant de l'entreprise ou à d'investisseurs tiers.

 

MISE EN GARDE

Ce sujet évolue très vite et le traitement des plus-values en report antérieur peut varier en fonction du régime applicable lors de l’opération initiale. La présente page n’est qu’un outil indicatif. Il ne peut être utilisé en substitution des textes officiels (à jour). Le contribuable reste seul responsable de sa déclaration de revenus. Tudigo, n’étant pas organisme de Conseil Fiscal, vous recommande de faire appel aux institutions compétentes sur ces problématiques.

BESOIN DE PLUS D'INFORMATIONS ?

Inscrivez-vous à notre newsletter sur l'investissement participatif. Nous vous enverrons des informations pour mieux comprendre l'investissement dans les PME et TPE ainsi que l'actualité des projets en cours ou à venir. Gratuit et sans engagement, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Investir dans des sociétés comporte des risques de perte en capital et d'illiquidité. Répartissez bien vos investissements et n"investissez que l'argent dont vous n'avez pas besoin immédiatement.